Rupture brutale d'une relation commerciale : pas de distinction entre domaine contractuel et délictuel

Rupture brutale d'une relation commerciale : pas de distinction entre domaine contractuel et délictuel

La responsabilité prévue en cas de rupture brutale d’une relation commerciale établie dépasse la distinction des responsabilités contractuelle et délictuelle et donc l’interdiction de leur cumul.

Souhaitant participer au congrès annuel de l'Association dentaire française (ADF) qui devait se tenir du 24 au 27 novembre 2010, la société C. lui a adressé une "demande d'admission" assortie d'un acompte.Bien qu'ayant payé l'acompte exigé, elle s'est vu notifier un refus d'admission au congrès.Reprochant à l'ADF d'avoir manqué à son engagement contractuel en refusant de lui fournir un stand, lors du congrès de novembre 2010, et invoquant, en outre, la (...)
Cet article est réservé aux abonnés
Vous êtes abonné ?
Identifiez-vous
Vous souhaitez vous abonner ?
Découvrez nos formules
Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.