Rupture brutale de relations commerciales et arbitrage international

Rupture brutale de relations commerciales et arbitrage international

C'est à bon droit que la cour d'appel a retenu qu'il appartenait à l'arbitre de se prononcer par priorité sur sa propre compétence.

Une société suédoise a conclu le 19 novembre 1999 avec une société française un contrat de distribution exclusive de ses produits sur le territoire français. Ce contrat contenait une clause compromissoire. Le 26 mars 2007, la société suédoise a résilié le contrat. La société française l'a alors assignée devant un tribunal de commerce en paiement de dommages-intérêts sur le fondement de l'article L. 442-6 I 5° du code de commerce pour rupture abusive du (...)
Cet article est réservé aux abonnés
Vous êtes abonnés ?
Identifiez-vous
Vous souhaitez vous abonner ?
Découvrez nos formules
Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.